Fléau des berges lémaniques : La renouée du Japon

La "renouée", vous connaissez ?  

Renouée du Japon rives du Léman

Présentations :

De son nom complet Renouée du Japon ou Renouée à feuilles pointues, cette plante originaire d’Asie centrale, est une plante vivace, très envahissante, et qui se plait en milieu humide.



Les abords de notre lac représentent donc une zone de croissance extrèmement favorable à son développement. Nous aurions pu l'apprécier pour son esthétisme, si elle n'avait pas eu la fâcheuse tendance d'envahir irrémédiablement les terrains, et à empêcher toute autre espèce de se développer. La flore locale n'a plus la place ni la lumière nécessaire. Sans parler des substances toxiques qu'elles dégagent, qui leur permet de prendre le contrôle sur nos berges.

Dangers pour la diversité de la flore locale : 

Les rives de lacs, de rivières et autres talus se voient rapidement recouverts d’une masse végétale uniforme durant la belle saison, puis présenter un paysage bien triste de tiges sèches laissant la place à un sol nu durant l’hiver. 

L’absence de végétation représente un facteur d’érosion bien malvenu selon les endroits, accélérant l’effondrement des rives par exemple. Le risque encouru est d’aboutir à terme à la banalisation des milieux infestés, et de provoquer une diminution de la biodiversité.

 

Le combat de l'ASL :

L’Association de Sauvegarde du Léman (ASL) a listé les principales caractéristiques qui lui permettent de s'imposer sur nos sols :

  • Une croissance très rapide (jusqu’à 3 ou 4 centimètres par jour; 3 mètres en quelques semaines);
  • Des rhizomes traçants permettant une repousse massive après l’hiver ou une coupe et un bon étalement au sol;
  • Une repousse, ou bouturage, à partir de très petits fragments de plante, comme un bout de tige ou de racine;  
  • L’émission de substances toxiques pour empêcher le développement des autres plantes et prendre le contrôle;
  • Le fait que, originaire d’Asie, elle ne subit aucune attaque de parasites sous nos latitudes;  
  • Elle n'a qu'un seul point faible: elle n’aime pas l’ombre.

L’ASL s’est décidée à saisir le problème à bras le corps et à contribuer aux efforts visant à limiter la propagation de cette plante indésirable, voire à l’éradiquer dans la mesure du possible.

La renouée du Japon impose de s'armer de courage et de persévérance, car l’arrachage se fait à la main, entre avril et septembre, et ce pendant cinq années consécutives…

Vous aussi, participez à la préservation du Léman en participant aux sessions d'arrachage de la renouée du japon qui son proposées par l'ASL autour du Léman, au printemps en été. Plus d’infos ici.

 

Si vous souhaitez aider l'ASL dans ses actions de préservation du Lac Léman, c'est ici !

Renouée du Japon

© Banque du Léman - Tous droits réservés